Warning: session_start() [function.session-start]: Cannot send session cookie - headers already sent by (output started at /home/letempsdh/www/joomla/configuration.php:60) in /home/letempsdh/www/joomla/libraries/joomla/session/session.php on line 423

Warning: session_start() [function.session-start]: Cannot send session cache limiter - headers already sent (output started at /home/letempsdh/www/joomla/configuration.php:60) in /home/letempsdh/www/joomla/libraries/joomla/session/session.php on line 423

Warning: Cannot modify header information - headers already sent by (output started at /home/letempsdh/www/joomla/configuration.php:60) in /home/letempsdh/www/joomla/libraries/joomla/session/session.php on line 426
Ubud, au coeur de la culture balinaise

postheadericon Ubud, au coeur de la culture balinaise

Du 9 au 13 septembre 2010

Arrivés à la tombée de la nuit à Denpassar, nous avons tout juste le temps de trouver un bemo pour Ubud, au coeur de Bali. Paulina et Tomek avec qui nous avons sympathisé ces derniers jours nous accompagnent.

Nous n'avons pas le temps de faire 50 mètres que nous sommes déjà conviés à visiter des chambres. Nous découvrons alors qu'il est beaucoup plus facile de négocier le prix d'une chambre lorsque l'on arrive tard et que l'on est nombreux. C'est un peu l'occasion de la dernière chance pour les hôteliers !

De 150.000 Rp avec petit-déjeuner, nous passons à 100.000 Rp sans petit-déj. Les chambres sont impeccables, nous prenons. Ce n'est qu'à l'aube que nous découvrons l'existence de nombreux coqs et de travaux dans la cours d'à-côté ! Deuxième surprise, meilleure cette fois : la politesse balinaise conduira notre hôte à nous servir quand même un petit-déjeuner !

On nous avait beaucoup parlé d'Ubud comme "the place to be" à Bali ! C'est vrai qu'Ubud ne manque pas de charme. Pour la première fois depuis le début du voyage, nous ressentons une certaine sérénité dans cette ville. Nous retrouvons également quelques repères occidentaux : des boutiques de luxe comme Dolce & Gabbana, des Ralph Lauren tous les 100 mètres, une multitude de belles boutiques d'artisanat local pour les touristes adeptes de l'asian style, et des restaurants agréables.

Mais avant tout Ubud se révèle une ville idéale pour découvrir la culture balinaise et les environs. Nous louons des scooters pour 2 jours.

Le premier jour, sans carte, nous suivons les indications que l'on nous donne : en prenant la route au nord-est, nous trouverons les plus belles "rice terrasses" (ou rizières en terrasses) du coin. En continuant cette route, nous arriverons à un lac où l'on peut se baigner... Tentés, nous poussons jusqu'au bout malgré les kilomètres qui défilent. Au bout de 1h30, nous réalisons qu'il s'agit du lac Batur au pied du volcan du même nom. L'achat d'une carte le lendemain nous permettra de constater que nous avions traversé presque toute l'île !

Le deuxième jour, nous voilà partis à la découverte des temples hindouistes. Même avec une carte, il n'est pas toujours facile de les trouver ! Nous visiterons finalement :

  • Goa Gajah (Elephant cave), à 2km à l'est d'Ubud. A l'intérieur d'une petite grotte dans laquelle nous rentrons par la gueule d'un démon, se trouvent des statues des dieux Shiva et Ganesh. Le sentier qui descend derrière au milieu des fleurs et de la jungle est sympa.
  • Pura Simuan Tiga (Temple of the meeting of the Three), 700 mètres plus loin. Le temple est désert à part un groupe d'adolescents indonésiens en pleine course d'orientation ! Seules touristes, nous pourrons visiter tranquillement les lieux.
  • Pura Besakih. Perché sur les pentes du Gunung Agung, il s'agit du plus grand temple de l'île, en réalité composé de plusieurs temples. Au bout du monde dans les montagnes, nous n'y arriverons que vers 17h et sous la pluie, ce qui manque de charme... Pour autant, cela valait le détour. En revanche, on pourra regretter ici l'insistance des locaux avec les touristes. Ils nous expliquent que nous avons absolument besoin de leurs services, chèrement monnayés, ce qui n'est absolument pas le cas. Nous pourrons finalement visiter seuls le temple, tout en restant discrets quant aux cérémonies en cours. Le retour dans la nuit et sous des trombes d'eau sera une nouvelle partie de plaisir !

Nous profitons également de notre passage à Ubud pour découvrir les arts balinais :

  • la danse : nous assistons à une représentation de Legong et Barong dance par la compagnie Tirtasari au Peliatan. Si le Barong - où les danseurs sont déguisés avec des masques d'animaux - ne nous émeut pas, la performance des danseuses de Legong nous impressionne ! Couvertes de riches parures et de fleurs fraiches, chaque membre de leur corps participe à la gestuelle, jusqu'aux yeux et au bout des doigts !
  • les massages : il faut bien se remettre des dures heures de car et de scooter et du portage de sac-à-dos ! Pas besoin d'argumenter davantage, j'opte pour une heure de massage traditionnel balinais. La brochure indique "this relaxing massage...", et bien sur le moment ça fait quand même un peu mal ! Durant tout le massage, je me demande comment la jeune et mince jeune fille qui est entrée dans la pièce peut avoir autant de force dans les doigts !

Toutes les photos d'Ubud et des environs ICI


Les bons plans

Contrairement à ce que nous avons fait, ne pas hésiter à s'installer ailleurs que sur la route principale Monkey Forest Road ! Le dernier jour, nous avons profité d'une journée off pour découvrir les autres rues de la ville. Des rues comme Jalan Goutama sont beaucoup plus calmes et surtout les tarifs moins élevés. Quelques adresses :

  • Le salon & spa Blissful. Il ne paie pas de mine mais l'heure de massage défie toute concurrence : 50.000 Rp, soit environ 4,50 euros ! Hallucinant comparé à nos instituts parisiens !
  • Le warung Diah Diah : Bon (en particulier les jus de fruits) et pas cher.
  • Le restaurant français Pignou di Penyu : Tenu par la mère du client de Stan, nous ne pouvions pas passer à côté ! Et quel plaisir gustatif après 5 semaines de Nasi et Mie goreng (nous sommes repassés par Ubud le dernier jour de notre séjour en Indonésie) de retrouver des goûts familiers : tartines provençales tomates / mozzarella, gratin dauphinois et ratatouille... Nous en salivons encore !
  • L'agence de tourisme ADI. C'est chez eux que nous avons trouvé le transport pour Amed le moins cher : 120.000 Rp par personne en bus.


Mis à jour (Dimanche, 22 Septembre 2013 17:47)