Warning: session_start() [function.session-start]: Cannot send session cookie - headers already sent by (output started at /home/letempsdh/www/joomla/configuration.php:60) in /home/letempsdh/www/joomla/libraries/joomla/session/session.php on line 423

Warning: session_start() [function.session-start]: Cannot send session cache limiter - headers already sent (output started at /home/letempsdh/www/joomla/configuration.php:60) in /home/letempsdh/www/joomla/libraries/joomla/session/session.php on line 423

Warning: Cannot modify header information - headers already sent by (output started at /home/letempsdh/www/joomla/configuration.php:60) in /home/letempsdh/www/joomla/libraries/joomla/session/session.php on line 426
Amed : sun, sea & dive !

postheadericon Amed : sun, sea & dive !

Du 13 au 18 septembre 2010

Depuis 2 semaines que nous sommes sur les îles indonésiennes nous n'avons fait qu'entrapercevoir furtivement la mer ! Il nous tarde de pouvoir nous baigner... Direction donc Amed, situé sur la côte nord-est de Bali, dont nos amis nous ont dit le plus grand bien ! En fait, Amed est le nom utilisé pour faire référence à la côte sur laquelle sur succèdent sur 10 km de petits villages de pêcheurs : Amed, Jemeluk, Bunutan, Lipah, Selang, Aas... Nous ne savons pas encore où nous atterrirons.

A la recherche du bon plan

A 3 heures d'Ubud, le minibus qui nous emmène jusqu'à Jemeluk est rempli d'occidentaux, soit d'autant plus de "concurrents" pour trouver une chambre sympa, sachant que personne n'a rien réservé. Arrivés sur la côte, tout le monde s'éparpille à la recherche d'un bon plan. Malheureusement, les options intéressantes sont déjà complètes ou chères...

Tout à coup, surgit un indonésien en tenue de cérémonie (turban blanc et sarong) sur une moto de grosse cylindré flambant neuve. Il nous propose deux chambres, visiblement pas à côté, toutefois le prix évoqué semble intéressant... Romain, un autre français rencontré dans le bus, part en reconnaissance. Il revient ravis ! A mon tour de chevaucher la moto, pendant que Stan commence la route à pied. Je me souviendrai longtemps (et mes abdos aussi) de ce baptême à moto, gros sac sur le dos, les cheveux dans le vent, sur les 3 kilomètres de montagnes russes qui nous conduisent à Bunutan ! Je découvre alors une superbe chambre avec vue sur mer proposée à 150.000 Rp (13,50 euros) au lieu de 450.000 ! L'affaire est entendue, je pose mon sac et demande à mon motard de chauffeur de retrouver Stan et les 2 autres français pour les soulager de quelques sacs.

Sans accéder au luxe de certains hôtels indonésiens, cette chambre améliore nettement notre niveau de confort habituel : draps blancs et propres, serviettes de toilette, papier toilette, ménage et lit faits tous les jours !

Snorkelling et plongée à Amed

La mer nous appelle. A peine les sacs posés, nous attrapons notre attirail de snorkelling et partons découvrir la plage. Cette dernière ne paye pas de mine : galets et quelques déchets. En revanche, nous sommes enchantés par les magnifiques coraux qui tapissent le fond à quelques mètres seulement de la plage !

Depuis le départ, nous souhaitions profiter de notre séjour en Indonésie pour passer notre PADI Advanced diver (niveau 2 de plongée dans le système anglo-saxon). Nous rencontrons un club de plongée sympa et sérieux à Lipah, Euro Dive, avec qui nous programmons une journée Refresher : nous n'avons plus plongé depuis le passage de notre CMAS 1 (niveau 1 de plongée dans le système français) en Mer Rouge il y a deux ans. Un moniteur français, Donatien, est dépêché pour se charger de nous. Au programme, quelques exercices de rappel que j'adore (c'est un euphémisme !) : vidage de masque, simulation de panne d'air, échange de détendeurs... Le courant passe bien et les sites sont magnifiques, nous poursuivrons avec deux journées intensives de théorie et 5 plongées à thème (plongée profonde, orientation, plongée sur épave, plongée dérivante et naturalisme) pour obtenir notre sésame : autonomie à 30 mètres et davantage de crédibilité vis-à-vis des clubs pour plonger sur les différents sites proposés.

L'avantage de la plongée à Amed est que la plupart des sites sont accessibles à partir de la plage : les prix sont donc moins élevés qu'ailleurs et les plongées s'enchaînent rapidement laissant l'après-midi pour faire d'autres activités. Nos plongées préférées :

  • L'épave de l'U.S.A.T. Liberty à Tulamben : torpillé par un sous-marin japonais en 1942, ce cargo de l'US Navy parviendra à s'échouer sur la côte. Il y restera jusqu'en 1963 où l'éruption du Gunung (volcan) Agung le laissera à 50 mètres du littoral pour le plaisir des plongeurs ! Guidé par notre moniteur, nous nous faufilons tranquillement dans les entrailles du cargo et profitons des jolis jeux de lumière du soleil qui pénètre entre les armatures couvertes de coraux.
  • L'épave japonaise à Lean : appelée "japonaise" par opposition à l'épave américaine du Liberty, cette petite épave est parée de coraux mous et de gorgones auxquels les reflets du soleil donnent des couleurs rougeoyantes ! A quelques mètres de profondeur seulement, elle est accessible aux plongeurs débutants, mais aussi en snorkelling.
  • Deep Blue, plongée dérivante au large des villages à l'est de Lipah. Après le défilé d'un thon, de barracudas, d'une tortue, d'une murène léopard et d'un perroquet à bosse, cette plongée nous vaudra quelques frayeurs avec les courants : un courant descendant contre lequel nous palmons de toutes nos formes nous stoppe totalement et nous commençons à ressentir fatigue et essoufflement, quelques minutes plus tard un courant ascendant accélère notre remontée que nous aurions souhaitée plus lente ! Au moins, on s'en souviendra de cette plongée !

La côte à scooter

L'est de Bali forme une boucle autour du Gunung Seraya, qu'il est aisé de parcourir en une journée de scooter. Nous voilà une nouvelle fois partis sur notre deux roues à la découverte des environs. Le long d'une petite route, dont l'état se dégrade au fil des kilomètres, se succèdent de petits villages de pêcheurs. Le produit de la pêche est le même partout : des tonnes de maquereaux, vite fumés, entiers, que nous retrouverons dans nos assiettes dans les warung !

A midi, heure de la pause déjeuner, défilent des cortèges d'écoliers en uniforme, excités à la vue d'occidentaux. Comme à la fin d'une course, ils tiennent absolument à nous taper dans la main à notre passage ! Si nous nous arrêtons, nous sommes assaillis des questions récurrentes : "Where do you come from ? What is your name ?". Contrairement à Madagascar, ils ne nous demandent rien, parfois une photo que nous prenons avec plaisir.

Au détour de la route, Stan aperçoit une plage de sable noir qui lui fait de l'oeil. Ni une, ni deux, il faut trouver un moyen d'y accéder ! Dans ce coin reculé, personne ne parle anglais. Au bout d'une demi-heure, plusieurs allers-retours le long de la route et diverses tentatives de communication, on nous indique enfin le début du chemin qui mène au paradis : il fallait passer derrière une maison, entre le cochon et la chèvre, évident !

Comme par enchantement, nous voyons s'élever en une journée devant chaque maison un mat de bambou savamment décoré de feuilles entrelacées. Notre route se poursuit sous une arche sans fin de décorations. Intrigués, notre hôte nous expliquera qu'il s'agit d'une tradition hindouiste en prévision d'une fête importante qui aura lieu dans quelques semaines. Nous ne sommes pas sûrs d'avoir bien compris, mais il nous semble que cela ressemble en quelque sorte à notre sapin de Noël.

Toutes les photos d'Amed et des environs ICI


Les bonnes adresses à Bunutan

  • L'hôtel Beten Waru à Bunutan. Ouvert depuis cette saison seulement, il pratique des prix défiants toute concurrence le mois d'août terminé. En revanche, le restaurant attenant est relativement cher.
  • Le restaurant Warung Mangga, à une centaine de mètres à gauche du Beten Waru. Bon marché et offrant un accès Internet wifi gratuit, nous y passerons plusieurs soirées.
  • Le club de plongée Euro Dive à Lipah, à 500 mètres environ à droite du Beten Waru. Quelques exemples des tarifs pratiqués : Open water à 280€ (3-4 jours), Advanced diver à 235€ (2 jours), 2 plongées à partir de la plage sur Lipah + l'épave japonaise à 35€ et sur l'épave du Liberty + tombant à Tulamben à 40€.


Mis à jour (Dimanche, 22 Septembre 2013 17:49)