Warning: session_start() [function.session-start]: Cannot send session cookie - headers already sent by (output started at /home/letempsdh/www/joomla/configuration.php:60) in /home/letempsdh/www/joomla/libraries/joomla/session/session.php on line 423

Warning: session_start() [function.session-start]: Cannot send session cache limiter - headers already sent (output started at /home/letempsdh/www/joomla/configuration.php:60) in /home/letempsdh/www/joomla/libraries/joomla/session/session.php on line 423

Warning: Cannot modify header information - headers already sent by (output started at /home/letempsdh/www/joomla/configuration.php:60) in /home/letempsdh/www/joomla/libraries/joomla/session/session.php on line 426
Les Gilis, paradis artificiel

postheadericon Les Gilis, paradis artificiel

Du 18 au 20 septembre 2010

Au nord-ouest de Lombok, les îles Gilis Air, Meno et Trawangan se jettent dans le détroit face à Bali. Prochaine destination mer après Amed, il nous faut d'abord choisir une île d'accueil. Trawangan est grande et bruyante (paraît-il), Meno tranquille et chère, nous optons pour Gili Air le juste milieu entre les 2 précédentes. Cette fois-ci, nous n'aurons pas le courage de passer une journée dans les transports (voiture, ferry, bateau) pour rallier l'île ; un fast-boat nous transfère directement d'Amed à Gili Air en 1h30 ! Un luxe pour le voyageur au long cours !

Coup dur pour le porte-monnaie

A l'arrivée sur l'île, nous sommes accueillis par des charrettes à cheval. Avec les vélos, se sont les seuls véhicules autorisés aux Gilis. Ils nous proposent de nous déposer à notre hôtel à des tarifs faramineux vue la distance à parcourir (50000 Rp, plus cher qu'un taxi à Jakarta). L'île fait 1,5 km de long à tout casser. Une fois encore, nous faisons les warriors et partons à la recherche d'un hôtel sacs sur le dos.

Notre quête s'avère plus difficile que prévue. Nous marchons sur un sentier de sable : d'un côté s'alignent les restaurants et banquettes face à la mer, de l'autre les hôtels et bungalows. Mètre après mètre, nous découvrons que la vie aux Gilis n'est pas en adéquation avec notre budget de voyageur, et très très loin des tarifs annoncés par le Lonely Planet. Nous essayons habituellement de nous loger pour 100.000 Rp max. (9 euros), l'hôtel le moins cher que nous pourrons trouver est à 130.000 Rp (12 euros) et ne donne pas directement sur la mer. De même, les restaurateurs se délectent de cette manne touristique et font flamber les prix.

Premier coup de blues... Nous ne pouvons nous permettre de nous faire plaisir en permanence si nous ne voulons pas rentrer à Paris fauchés. Et les Gilis, sans pouvoir larver toute la journée sur les banquettes des restaurants, présentent moins d'intérêt. Nous recommandons donc les Gilis uniquement aux vacanciers ou voyageurs qui choisissent les Gilis comme destination plaisir !

Snorkelling et plongée aux Gilis

A peine les sacs posés, nous nous équipons avec palmes, masque et tuba, direction la plage ! Nous savons que les coraux aux Gilis ont été ravagés jusqu'à 18 mètres de profondeur par la pratique de la pêche à l'explosif très répandue en Indonésie. Gili Air conserve tout de même une petit reef de corail au dessus duquel nous nageons avec plaisir. La rencontre d'une tortue que nous observons pendant de longues minutes complète notre bonheur !

Nous profitons quand même de notre présence aux Gilis pour faire le tour des centres de plongée. Les noms des sites attirent notre attention : Shark Point, Manta Point... Nous n'avons encore jamais vu ces bestioles. Nous apprenons finalement qu'il n'y a pas de Mantas à Manta Point et pas forcément de requins sur Shark Point, le comble !

Un Dive Master français très sympa nous incite à nous inscrire le lendemain pour une plongée sur Shark Point où nous espérons bien rencontrer notre premier squale. Il ne nous faudra pas longtemps pour apercevoir deux requins pointes blanches : même pas peur ! Finalement, à force de rencontrer toutes sortes d'espèces sous l'eau, nous avons juste l'impression d'observer une nouvelle espèce. Les souvenirs des Dents de la mer sont bien loin ! Au programme également de cette plongée dérivante : tortues à gogo, pieuvre et murène.

Notre quota plongée a déjà été bien entamé à Amed. Nous nous en réservons également une part pour Komodo dont nous avons entendu le plus grand bien. Nous n'en verrons donc pas plus aux Gilis, mais très franchement, il ne nous semble pas que l'archipel dispose de spots de plongée plus intéressants qu'à Bali. Ce qui attire les plongeurs ici, notamment ceux qui passent leur Dive Master, c'est davantage l'ambiance qui règne sur ces îles.

Rencontre inattendue

Alors que nous posions pas mal de questions sur la suite de notre parcours, nous tombons par hasard sur Tomek et Paulina, que nous avions quitté à Ubud ! Ces retrouvailles nous redonnent le sourire ! Ils embarquent dès le lendemain matin sur un bateau pour 4 jours, destination Flores. Le Mont Rinjani dont nous projetions l'ascension sur Lombok refuse de quitter son manteau de nuages. Par ailleurs, nous avions entendu parlé de ce trip en bateau aux conditions de vie un peu rudes, mais qui permet de varier notre mode de transport. Il ne faudra pas beaucoup de temps pour nous convaincre, les billets sont achetés dans l'heure et nous bouclons notre paquetage !

Toutes les photos des Gilis ICI


Les bonnes adresses pour les voyageurs fauchés à Gili Air

  • L'hôtel Why Not, en prenant le sentier sur la gauche un peu après l'hôtel Santay. A 60 mètres de la mer, il bénéficiait tout de même d'une très agréable salle de bain avec des plantes !
  • Ne pas hésiter à rentrer à l'intérieur des terres où se situe le village indonésien. On peut y trouver des petits warungs et des marchands aux prix plus abordables. Penser à bien négocier les prix car ces derniers étaient tout de même doublés sous nos yeux par rapport aux locaux ! Cela dit, même au prix fort, un bon Nasi Campur Ayam n'était qu'à 10.000 Rp (0,90 euros).


Mis à jour (Dimanche, 11 Septembre 2011 18:49)