postheadericon Rinjani trek

Du 6 au 8 octobre 2010

Nous projetions bien avant le départ de faire l'ascension du Rinjani. La mauvais temps une première fois nous incite à passer notre chemin. C'est sans compter sur notre obstination ! Une fois sur Flores, nous prenons un billet d'avion pour revenir tenter une nouvelle fois notre chance sur Lombok avant de s'envoler pour l'Australie.

Arrivés à Senggigi dans la soirée, nous réservons immédiatement un départ pour le lendemain matin 5h ! La météo ne s'annonce pas idéale, tant pis...

1er jour : Sembalun - Pelawangan II (5h30)

Sur les conseils d'un français rencontré plus tôt, nous choisissons de faire le trek à partir de Sembalun (1350m), dans le sens contraire de celui généralement proposé. Il nous faut 3 heures de voiture pour rallier le village, sans compter la pause à Senaru pour prendre un petit-déjeuner et déposer nos sacs inutiles.

A 9h45, l'ascension commence. Le soleil est déjà haut, la pente déjà rude. Au bout d'une demi-heure, déjà en nage, je me demande ce que je suis venue faire dans cette galère, tandis que Stan grimpe avec une facilité déconcertante ! Les nuages craints arrivent rapidement, nous offrant finalement des conditions d'ascension plus clémentes. Les nuages dans lesquels nous grimpons donnent au paysage des airs d'Irlande. Dans les hautes herbes, les grenouilles nous proposent un concert de croassement. On s'attendrait presque à voir des moutons sortir de la brume.

Mais où sont les lacets ?! En France, nous étions habitués à marcher en montagne de long de lacets interminables mais qui permettent de limiter l'inclinaison de la pente. En Indonésie, pas de quartier, le sentier fait directement face à la pente !!! Nous marchons un pied devant l'autre, concentrés, pour ne pas se décourager et essayer de garder le rythme...

Enfin arrivés au bord du cratère, nous émergeons au milieu des nuages et somment récompensés par la vue ! Plus que quelques centaines de mètres pour atteindre Pelawangan II (2639m), où nous installons notre camp pour la nuit. Il ne fait pas loin de 0°C.

2ème jour : Pelawangan II - Sommet - Pelawangan I (8h30)

Lever 2h30. Objectif : Etre au somment du Rinjani pour le lever du soleil. Equipés de nos lampes de poche, nous grimpons dans le nuit sur la crête étroite du cratère. Les derniers 500 mètres d'ascension sont épuisants et paraissent interminables. Nous avons l'impression de gravir une dune de sable. A chaque pas, la terre se dérobe littéralement sous nos pieds, nous tachons de ne pas reculer ! A partir de 3000m, l'altitude se fait vraiment ressentir. Etonnamment, je suis bien dans le rythme et suis Stan de près, ce qui le surprend car, pour la première fois, il éprouve des difficultés à grimper !

Arrivés au sommet (3626m) au bout de 2h30, nous pouvons admirer le lac dans lequel s'est formé un nouveau cratère, à l'est le lever de soleil au-dessus de Sumbawa, et à l'horizon à l'ouest le volcan Gunung Agung qui domine Bali ! Juste le temps de reprendre des forces et nous repartons. Stan a le mal des montagnes !

La descente est nettement plus enthousiasmante : nous dévalons la crête en courant ! Nous ralentissons finalement l'allure car le sol devenu plus glissant nous vaut quelques belles glissades !

Après notre petit-déjeuner et rangement du camp, nous poursuivons la descente (raide) jusqu'au lac (2000m). On nous annonce des bains dans le lac et les sources chaudes à proximité. C'est finalement une bonne douche qui nous attendra à notre arrivée ! Pas le temps de se mettre à l'abri, nous sommes déjà trempés ! Nous profiterons quand même d'une éclaircie pour nous faire masser le dos sous une cascade d'eau chaude.

C'est reparti ! L'ascension du flan du cratère jusqu'à Pelawangan I est épuisante. Déjà plus de 6 heures que nous marchons et il nous reste encore 2 bonnes heures avant d'attendre le camp. Face aux rochers que nous avons à grimper, notre randonnée se transforme presque en escalade ! Arrivés au camp (2641m), il bruine toujours... Transis, nous avalerons notre dîner dans la tente, en espérant une éclaircie pour le lendemain.

3ème jour : Pelawangan I - Senaru (4h40)

Au réveil, il pleut toujours... Par rapport aux autres, nous avons passé une bien meilleure nuit, notre tente et nos duvets perso étant nettement plus performants en termes d'imperméabilité et de chaleur que ceux fournis localement.

Nous amorçons la descente vers Senaru (600m) dans un mélange de roche volcanique et de glaise que la pluie a rendu particulièrement glissant. Face à nous, la mer. A l'horizon, nous apercevons encore le Gunung Agung. Autour de nous, les grenouilles continuent à croasser. Un chien sauvage avec un vague air de labrador nous suit, Stan s'est trouvé un nouveau copain !

Le sentier s'enfonce ensuite dans la forêt, où des marches se dessinent au milieu des racines. Le coeur va bien, par contre les pieds et genoux souffrent. Mes ongles d'orteils s'en souviennent encore ! Pressés d'en finir et moins fatigués que la veille, nous terminons les derniers kilomètres au pas de course. Le sentier nous offre un bon terrain de jeu pour ce trail improvisé.

Au final, le Rinjani, c'est 27km, 7000 mètres de dénivelé positif et négatif (les descentes étant parfois pires que les montées) et plus de 18h30 de marche en 3 jours. Bon d'accord, pour les furieux du Levallois Triathlon, ça ne vaut pas l'Ultra Trail du Mont-Blanc, mais c'est un bon début quand même !

Toutes les photos du Rinjani ICI


Infos pour les voyageurs

Le saviez-vous ? Si les australiens et les japonais sont les nationalités les plus représentées parmi les touristes en Indonésie, ce sont les français qui fréquentent le plus le Rinjani ! Cocorico !

Le Lonely Planet et le Routard donnent pas mal d'informations sur le Rinjani. Voici en complément nos retours d'expérience :

Est-ce difficile ?

Stan vous dira non, bien évidemment ! Pour autant, l'ascension du Rinjani nécessite une très bonne condition physique et un peu d'entraînement. Une fille de notre groupe - qui s'est faite entraîner par son copain dans ce trek sans savoir à quoi s'attendre - a vraiment souffert et a renoncé à l'ascension du sommet.

Quoi emporter ?

Les porteurs (1 pour 2 personnes) se chargeront de la nourriture et du campement. En revanche, chacun porte ses affaires personnelles. Voici les indispensables :

  • Un petit sac à dos et sa protection anti-pluie
  • Des chaussures de randonnée (ceux qui n'avaient que des baskets ont vraiment galéré)
  • Un pantalon convertible short
  • Une bonne polaire (il fait entre 1 et 7°C aux camps et au sommet)
  • Une veste imperméable
  • Un t-shirt et des sous-vêtements de rechange
  • Un maillot de bain et une serviette (pour les sources chaudes)
  • Une trousse de toilette réduite au minimum
  • Une lampe torche (ascension du sommet dans la nuit)
  • Un appareil photo !

Si vous en avez, prenez votre tente et duvet perso. Les porteurs s'en chargeront, mais ils auront l'avantage d'être de meilleur qualité que ceux fournis par les guides et de vous permettre d'obtenir une ristourne sur le prix du trek.

Pour l'eau, généralement une ou plusieurs bouteilles d'eau sont fournies pendant le trek, qui seront re-remplies dans les sources du volcan. Nous avons testé, elle était potable.

Où réserver ?

Si vous avez le temps (contrairement à nous), allez directement à Senaru pour réserver guide et porteurs. Ce sera moins cher car moins d'intermédiaires. Pour info, le trek (3 jours, pension complète) + transfert de Senggigi nous aura coûté 2.400.000Rp à 2, soit environ 215€.

Sinon vous pouvez contacter directement notre guide. Très professionnel et sympa, il parle très bien l'anglais et souhaite se mettre au français ! Si besoin, il peut venir vous chercher à Senggigi ou à l'aéroport de Mataram. Ses coordonnées :

Sujar Manhadi (prononcez "sugar" comme sucre en anglais)

E-mail : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir. ou Cette adresse e-mail est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.

Téléphone : +6281917004102

Lors de la réservation, indiquez-bien l'itinéraire souhaité si vous avez une préférence et veillez à ce que le groupe ne soit pas trop important (4 personnes, c'est l'idéal).

Quel itinéraire ?

Senaru-Sembalun ou Sembalun-Senaru ? Les 2 sont aussi difficiles ! L'avantage du Sembalun-Senaru est de positionner l'ascension du sommet le matin du 2ème jour, plutôt que le dernier jour.

Sinon, les agences proposent un itinéraire de 2 jours (sans le sommet) : Senaru / Pelawangan I / Lac / Retour à Senaru. L'inconvénient est que l'aller et le retour se font par le même chemin.



Mis à jour (Dimanche, 11 Septembre 2011 18:58)