Warning: session_start() [function.session-start]: Cannot send session cookie - headers already sent by (output started at /home/letempsdh/www/joomla/configuration.php:60) in /home/letempsdh/www/joomla/libraries/joomla/session/session.php on line 423

Warning: session_start() [function.session-start]: Cannot send session cache limiter - headers already sent (output started at /home/letempsdh/www/joomla/configuration.php:60) in /home/letempsdh/www/joomla/libraries/joomla/session/session.php on line 423

Warning: Cannot modify header information - headers already sent by (output started at /home/letempsdh/www/joomla/configuration.php:60) in /home/letempsdh/www/joomla/libraries/joomla/session/session.php on line 426
Calédonie : un petit coin de France aux antipodes

postheadericon Calédonie : un petit coin de France aux antipodes

Du 15 au 24 novembre 2010

Quelle meilleure entrée en matière que de survoler un des plus grands lagons du monde avant de se poser à l'aéroport international de Tontouta ! Vue magnifique sur la barrière de corail et les iles parsemées sur un dégradé de bleus !

A la descente de l'avion, nous sommes gentiment accueillis par Laurence, une ancienne camarade de primaire retrouvée il y a quelques années sur Facebook ! Toute la petite famille a suivi Pierre-André, militaire dans l'armée de l'air, affecté pendant 2 ans en Nouvelle-Calédonie. Après nombre conseils, recommandations et prêt de matériel, nous sommes parés pour découvrir le "Caillou".

Nouvelle-Calédonie : est-on en France ?

Le Caillou est à plus de 18000km de la métropole, perdu au milieu du Pacifique, et pourtant nous nous sentons immédiatement "chez nous" ici ! Partout fleurissent les enseignes connues : Société Générale, BNP, Champion, Leader Price... Tout le monde parle français sans même un accent des îles. Et impossible de parcourir le territoire sans voir partout des symboles de la République : drapeaux français et gendarmes. Une plus forte concentration que dans le 93 ! A croire que certaines affectations sont plus recherchées que d'autres !

Pour autant, quelques détails nous prouvent que nous sommes loin de la métropole :

  • La végétation tropicale splendide avec ses arbres flamboyants, pins colonnaires endémiques de l'île, cocotiers, frangipanniers, hibiscus...
  • Adieu vêtements occidentaux. Ici les femmes arborent de colorées robes "mission", initialement apportées par les missionnaires pour cacher la nudité des femmes !
  • Et surtout, sur le Caillou, on n'entre pas dans un village mais dans une tribu ! Au sein des réserves kanakes, la "Coutume" (c'est-à-dire "l'art de vivre ensemble") peut prendre le pas sur le droit commun, notamment dans les affaires familiales et foncières. L'autorité des chefs est reconnue par l'état français. Ce sont eux qui régissent la vie du clan, attribuent des parcelles à chaque membre en fonction de ses besoins, palabrent pour trouver des solutions en cas de litige... Intéressant à étudier d'un point de vue juridique et sociologique !

Le tour de Grande Terre

Pour profiter au mieux de Grande Terre, nous louons pour la semaine une petite Twingo dans laquelle nous rangeons gros sacs et affaires de camping. Grâce aux tuyaux de Pierre-André, nous profitons même de tarifs avantageux !

Pendant cette semaine, nous prenons vite le rythme du soleil, car il se couche à 18h et à 18h30 il fait nuit noire ! Aux dernières lueurs du jour commence alors notre petit rituel : montage de la tente, corvée de bois, mise en route du feu, préparation du dîner, dîner au coin du feu et dodo vers 21h ! Pour profiter de la journée, mieux valait se lever tôt. Réveil donc à 6h !

Une autre habitude à prendre pour se mettre au diapason des Calédoniens : saluer tout le monde ! Les gens que l'on croise le long de la route, les voitures qui viennent en face d'un salut de la main... Ca met de bonne humeur d'être sympathique !

Côte Ouest

En avant sur la côte ouest d'abord. Plus largement colonisée par les caldoches, cette région vallonnée accueille de nombreux élevages de boeufs. C'est aussi sur ce versant que l'on découvre une des mines de nickel qui fait la richesse du territoire. Malheureusement ces mines à ciel ouvert rabotent les montagnes et défigurent le paysage... Sans parler des produits toxiques qui sont rejetés dans le lagon !

Quelques points d'intérêt sur notre route :

  • Partis un peu tard de Nouméa, nous cherchons dans la nuit noire un endroit pour planter notre tente. Nous atterrissons finalement sur la plage de Ouano, entre Boulouparis et la Foa. Quelle belle surprise de découvrir dans la lumière du petit matin notre tente en face d'un lagon aux eaux calmes bordées de palétuviers ! Eh hop, un premier bain avant le petit-déjeuner ! Un surplomb de la route sur la côte nous permet d'apercevoir quelques patates de corail. Ni une ni deux, nous explorons le rivage avec palmes, masques et tubas. Rien d'extraordinaire, mais nous croisons notre premier "tricot rayé", serpent de mer très répandu en Calédonie.
  • Une route à partir de Moindou nous conduit au fort de Teremba, construit en 1871, ancien bagne et haut-lieu de résistance lors de l'insurrection kanake de 1878. Un peu d'histoire, ça ne nous fait pas de mal !
  • Aux environs de Bourail, se trouve la Roche Percée, tunnel au bout duquel nous apercevons la jolie baie des Tortues. Si nous avions eu plus de temps (et de beau temps), nous aurions bien emprunté le sentier qui conduit à cette plage.
  • A Voh, nous grimpons sur les collines pendant une heure pour prendre de la hauteur et admirer, au milieu de la mangrove, le fameux Coeur de Voh, immortalisé par Yann Arthus-Bertrand. Nous vous conseillons d'y aller le matin pour éviter d'être, comme nous, éblouis par le soleil couchant !

Las de servir de festin aux moustiques voraces qui pullulent dans la mangrove, nous ne serons finalement pas mécontents de quitter cette côte !

Côte Est

L'île est montagneuse. Plusieurs "transversales" sinueuses permettent de passer d'une côte à l'autre de l'île. A Koné, nous prenons la 4ème transversale, la "Koné-Tiwaka" pour rallier la côte est. D'agréables aires de pique-nique jalonnent la route. En aval de la dernière, se trouve une jolie rivière dans laquelle nous sommes tentés de nous rafraîchir. La côte est, contraste avec la précédente : beaucoup plus sauvage et aussi plus belle ! Ici, pas de ville, seulement des tribus kanakes installées dans des cocoteraies le long de la côte et dans les montagnes.

Nous nous arrêtons quelques nuits à Hienghène, qui est à nos yeux un des plus beaux coins de Grande Terre. Les impressionnantes roches noires de Lindéralique, que nous approchons en kayak, pointent leurs flèches acérées vers le ciel. Dans la baie, nous admirons la fameuse Poule de Hienghène, rocher dont la forme ressemble étrangement à une poule couveuse.

Mais c'est sous l'eau au large de Hienghène que nous découvrirons la perle de la région : "Cathédrale", "la Pointe aux Cachalots", "la Passe de Hienghu", des sites de plongée magnifiques réputés pour leur architecture sous-marine. Nous nous aventurons dans un réseau de canyons, de failles, de tunnels et d'arches couvertes de gorgones, où le soleil crée des jeux de lumières incroyables ! Une scène du film "Océans" - que nous recommandons grandement - y a même été tournée (Cf. 69' du film pour les fans) ! Une telle architecture sous-marine est une véritable découverte pour nous ! Cela n'empêche pas de croiser quelques requins pointes blanches, thazards et barracudas au détour d'un canyon. Les remontées dans des jardins de coraux durs autour desquels fourmillent une multitude de petits poissons colorés nous enchantent également.

En remontant le long de la côte est, plusieurs site nous ont plu :

  • Le Bac de la Ouaième, où la montagne se jette dans la mer. Après passage du bac, la route qui remonte nous offre un superbe point de vue sur l'embouchure de la Ouaième.
  • Un peu plus loin, nous suivons le sentier qui permet d'accéder à la Cascade de Tao. Pas de souci, il suffit de suivre les flèches bleues pour atteindre le pied de la chute principale. Régulièrement celles-ci nous obligent à sauter de rocher en rocher ou à se déchausser pour traverser la rivière ! Heureusement des vasques tout au long de la montée nous permettent de nous rafraîchir.
  • Sur les conseils d'autres voyageurs, nous nous arrêtons au Relais de Ouané Batch, au niveau de la tribu de Colnett, au sud de Pouébo. Il présente un intérêt de taille : en face de la réception, à une quinzaine de mètres de la plage, se trouve un spot de snorkelling superbe ! D'après eux, plus beau que la randonnée palmée proposée sur l'îlot Hienga en face de Hienghène.

Retour rapide par la dernière transversale au nord. Nous n'aurons malheureusement pas le temps d'aller jusqu'à l'extrémité nord de l'île et le Relais de Poingam, qui nous a été chaleureusement recommandé.


Nos bonnes adresses sur Grande-Terre

  • Le camping et club de plongée Babou côté Océan, situé au sud de Hienghène dans la tribu de Koulnoué. Caroline et Yannick, nos instructeurs, étaient très sympa. L'ambiance est conviviale : une grande table sous un faré (abri) permet de débriefer des plongées et de rencontrer les autres campeurs. 800CFP/nuit pour 2 (soit 6,66€), avec free wifi mais que de l'eau froide ! 11000CFP la demi-journée de 2 dives + 2000 CFP pour l'équipement, soit près de 110€ au total. 1500CFP la demi-journée de location de kayak, soit 25€ pour 2.
  • Le Relais de Ouané Batch, au sud de Pouébo, évoqué plus haut. Hormis le snorkelling, le site de camping à côté d'une joli plage est agréable. 1050CFP/nuit pour 2 (soit 8,75€).
  • L'auberge de jeunesse de Nouméa (en même temps, il n'y en a qu'une et du coup mieux vaut réserver !). Nous y avons rencontré un tas de jeunes français qui viennent chercher du travail au soleil pour quelques années ! Profession phare : infirmier(e). Le filon semble tellement exploité, que les débouchés sont moins nombreux et la concurrence rude ! 1800 CFP/pers. en dortoir (soit 30€ pour 2).


Toutes les photos de Grande-Terre ICI



Mis à jour (Dimanche, 22 Septembre 2013 17:58)