postheadericon Santiago : Les retrouvailles

Du 3 au 10 janvier 2011

Notre vol vers l'Amérique à cela d'étrange que nous semblons remonter le temps : nous atterrissons à Santiago du Chili le 3 janvier à 12h10 alors que notre avion a décollé sur le calendrier le même jour à 16h40 ! Ce séjour à Santiago ne sera pas une découverte mais sous le signe des retrouvailles, 9 ans après que Stan a vécu ici le temps d'un semestre universitaire. Retrouvailles avec une ville en pleine croissance, les amis chiliens de Stan et des compagnons de voyage.

Santiago. Loin des clichés sur les pays en voie de développement issus de nos vieux livres d'histoire-géo, cette ville était déjà comparable il y a 9 ans à une capitale européenne. Aujourd'hui, nous retrouvons une ville en pleine croissance. Adieu les minibus jaunes (micros) qui parcouraient la ville de manière erratique, ils ont fait place à des bus modernes aux lignes plus régulières. Nous sommes un peu désorientés devant le plan de métro auquel sont venues s'ajouter 2 nouvelles lignes. Les universités s'agrandissent, bâtissent et s'affichent à coup de gros budgets sur des panneaux en 4 par 3 ou à la télé à quelques semaines de la rentrée. Les quartiers d'affaires se développent, visibles à l'érection de nouvelles tours antisismiques de verre et d'acier. De nouveaux lieux touristiques ont vu le jour à l'image du Patio Bellavista, qui n'envie rien au quartier bobo de Bercy à Paris. Un détail nous amuse également : si Paris est la ville de l'amour, Santiago pourrait être la capitale du "French kiss". Les jeunes de Santiago s'emballent à tous les coins de rues !


Quelques messages adressés aux amis de l'université Central et ils répondent présents Paulo, Pancho et Alejandra. Avec Stan, ils se retrouvent comme s'ils s'étaient quitté la veille. Pourtant les années étudiantes sont loin. L'occasion de retisser des liens plus vivants que sur Facebook ! Pour moi qui suis passée trop rapidement à Santiago à l'époque, c'est enfin l'occasion de les rencontrer pour de bon ! Changement de boulot, achat d'appart' et de voiture, installation en couple... A la trentaine, ici comme à des milliers de kilomètres, les préoccupations sont les mêmes.


Au bout d'une semaine, les effets du décalage horaire se font encore sentir. S'il nous est difficile de s'endormir avant 3 heures du mat', une irrépressible envie de sombrer nous prend dans la matinée. Pas facile de retrouver un rythme. Nous profitons de cette semaine de "repos" pour faire des choses utiles que nous ne prenons pas le temps de faire d'habitude : graver des sauvegardes de nos photos, envoyer un colis de 12 kilos en France avec ce dont nous n'avons plus besoin (et oui, c'est possible, bien que nos sacs remplis de nouveaux achats nous paraissent toujours aussi lourds !). C'est également l'occasion d'oser tester un nouveau coiffeur, moi qui redoute tant laisser mes cheveux entre les mains d'inconnus. A force de prudence, ma coupe ne sera pas assez courte sur les côtés et il me faudra terminer le travail moi-même devant la glace de l'hostal avec la paire de ciseaux du couteau Suisse !

A la fin de la semaine, arrivent enfin Tomek & Paulina. Il y a quelques jours, nous nous sommes rendus compte que nos chemins allaient se croiser à nouveau, 3 mois après s'être quittés en Indonésie ! Quel plaisir de se retrouver à nouveau ! Nous avons le même projet de descendre vers la Patagonie, les mêmes envies et le même timing. C'est ensemble que nous reprenons la route pour le sud. Mais avant, petit détour par Valparaiso, cité haute en couleur et aux habitations délabrées, parcourues d'escaliers, funiculaires et de places avec panorama sur le port et les collines de la ville, où nous avons plaisir à déambuler. 9 ans plus tard, le charme opère toujours.

Toutes les photos de Santiago et Valparaiso ICI


Nos bonnes adresses à Santiago

  • La sympathique Hostal Providencia au métro Baquedano. Dortoir sans/avec SDB : 16.000$/17500$ pour 2. Chambre double sans/avec SDB : 17.000$/20.000$ la chambre. Soit entre 26 et 31€ la nuit pour 2, incluant le petit-déjeuner et la connexion Wifi. C'est marrant car entre la québécoise, l'haïtien et la mexicaine ayant étudié à Paris, tous les réceptionnistes parlaient français ! Pour nous qui voulions nous plonger dans l'espagnol, c'est loupé ! Si l'hostal propose un barbecue, foncez-y ! Nous avons passé une soirée très conviviale dans le patio de l'hostal, où nous nous sommes gavés de boeuf succulent !
  • Le nouveau Patio Bellavista, pour sortir. Y sont regroupés de nombreux bars et restaurants. C'est un lieu très touristique et les prix s'en ressentent, mais c'est également un lieu de sortie des chiliens après le boulot.
  • Le quartier chic et commerçant de Los Leones (Providencia) pour faire des courses. Vous y trouverez tout ce dont vous avez besoin (ou presque) : Almacen Paris (grand magasin type Printemps), galerie commerciale à la sortie du métro avec boutiques d'électronique / photos, graveurs de DVD, coiffeurs, stands Doite (marque d'outdoor chilienne)... Stan connaît bien car c'est ici qu'il a habité ! Sinon, il y a également un immense centre commercial au Parque Arauco, quelques stations de métro plus loin.


Carte repère

Mis à jour (Dimanche, 22 Septembre 2013 16:36)