postheadericon Torres del Paine : Journal du "Gran Circuito"

Du 1er au 13 mars 2011

Une carte postale de Torres del Paine collée à la fin de l'album photos de mon premier voyage dans le nord du Chili et sous-titrée "Prochain voyage ?" symbolise à elle-seule ce qui nous pousse vers le sud de la Patagonie : voir pour de vrai ces étonnants pics de granit et ces lacs aux couleurs irréelles ! Puisque nous n'avons pas de contraintes de temps, autant en profiter pleinement. Nous programmons une randonnée de 8 jours pour faire le "Gran Circuito" plutôt que les 5 jours sur le classique trek en "W".

Préparation

Depuis plus d'un mois que nous sommes en Patagonie, nous avons enchaîné les treks de plusieurs jours. On peut dire que maintenant on s'y connaît en préparation des sacs ! Sauf qu'ici, il va falloir survivre 8 jours en autonomie, ce qui représente une quantité impressionnante de nourriture à porter sur notre dos. Sur les conseils d'autres randonneurs, les menus sont vite définis :

  • Petit-déjeuner : Porridge pour bien se caler, pourtant plat redouté de nos jeunes années de scoutisme ! Cela dit, nous avons revu la recette pour se faire plaisir (Cf. Infos pour les voyageurs ci-dessous).
  • Déjeuner : Aucun, ou plutôt des encas (saucisson, barres de céréales, fruits secs, chocolat) répartis dans la journée.
  • Diner : Soupe + 300g de spaghettis. Pas de sauce, car trop lourde à porter ; des cubes de bouillon de poule et sachets de parmesan feront l'affaire. Pour varier, on a également prévu 2 soirs de purée / saucisson (on aurait pu penser aussi à la semoule ou polenta, qui nécessitent moins d'eau de cuisson que les spaghettis, donc cuisent plus vite et usent ainsi moins de gaz).
  • Boisson : Nous partons bouteilles vides. Il y a assez de rivières dans le parc pour nous désaltérer. Nous agrémenterons l'eau matin et soir de sachets de jus de fruits en poudre très répandus ici.

Pour n'emporter que le strict minimum, tout est compté, mesuré et emballé par portion journalière dans des petits sacs zippables de congélation. Rien qu'en nourriture, pour 8 jours, cela représente près de 15kg à porter ! La bonne nouvelle, c'est que plus nous allons manger, plus les sacs vont s'alléger ! A cela s'ajoute la tente, les duvets, réchaud, bouteilles de gaz et gamelles, vêtements chauds, de pluie et de rechange... Bref, nous partons bien lestés !

Jour 1 : Hôtel Las Torres - Mirador Torres (9km, 3h40)

Hôtel Las Torres - Campamento Chileno : 1h40 - Campamento Torres : 1h - A/R Mirador Torres : 1h. Pluie légère et vent, éclaircies dans l'après-midi.

La magie de Torres del Paine, c'est qu'il peut y avoir à la fois du soleil et de la pluie. Et du vent violent qui pousse rapidement les nuages, occasionnant des changements climatiques incessants ! La question est de savoir si la pluie nous mouille plus que le vent ne nous sèche. La problématique : quel est le bon niveau de couches de vêtements pour se protéger et ne pas trop transpirer ? Sachant que forcément 300 mètres après chaque changement vestimentaire, le temps change à nouveau ! Certains ont des astuces pour randonner ici par tous les temps, comme le tendeur pour tenir le sursac imperméable qui a tendance à s'envoler !

Jour 2 : Mirador Torres - Campamento Seron (21km, 7h30)

Campamento Torres - Mirador Torres : 40' - Hôtel Las Torres : 2h45 - Campamento Seron : 4h10. Couvert en début de matinée puis ensoleillé.

Debout avant l'aube, nous gravissons dans la pénombre les dernières centaines de mètres qui nous séparent du mirador (ou point de vue) d'où nous comptons admirer les premiers rayons du jour colorer les Torres. Les indiens disent qu'elles sont connectées avec le ciel car elles ont la tête dans les nuages. Pour nous, la tête dans les nuages et parées d'une écharpe d'or, ces obélisques de granit ont quelque chose de mystique !



Jour 3 : Campamento Seron - Refugio Dickson (19km, 5h40)

Tempête de ciel bleu, pas un seul nuage !

Au milieu des herbes et arbustes dorés par la lumière matinale, nous longeons ou surplombons les courbes laiteuses du Rio Paine. La vallée se dessine et se redessine à mesure que nous progressons, laissant apparaître puis disparaître lacs, montagnes, glaciers, le haut des Torres orangé ou du Paine Grande enneigé. Puis enfin le glacier Dickson dont les détonations des chutes de séracs nous avaient fait deviné sa présence depuis bien longtemps. Tout dans la "Valle encantado" nous enchante !


Jour 4 : Refugio Dickson - Campamento Los Perros (9km, 3h40)

Ensoleillé, puis venteux en fin d'après-midi.

C'est fou ce que l'esprit vagabonde lorsque l'on marche. Surtout lorsque, cheminant à l'ombre des arbres, nos seules distractions sont les rares points de vue que la forêt nous offre sur le Rio Los Perros et les montagnes qui l'entoure. Nos cerveaux fourmillent de mille pensées. Stan trouve de nouvelles idées business, moi, l'inspiration pour la rédaction de nos carnets de voyage ! Nous essayons de les noter avant que le retour à la ville ne jette un voile dessus.

Jour 5 : Campamento Los Perros - Refugio Grey (22km, 6h40)

Campamento Los Perros - Paso : 2h20 - Campamento Paso : 1h40 - Campamento Los Guardas : 1h55 - Refugio Grey : 45'. Couvert et pluie légère le matin, éclaircies l'après-midi.

"On aurait du passer le col hier". Voici la pensée qui sous la pluie nous a hanté toute la matinée. "On aurait du", l'expression détestable qui trahit le regret de n'avoir pris la bonne décision, alors que la veille nous n'avions pas les cartes en main pour choisir la meilleure option... Pouvait-on prévoir qu'après 3 jours de ciel bleu, le temps changerait à ce point ? Comment pouvait-on imaginer que nous ne mettrions que 4h pour passer le col au lieu des 6h de marche indiquées ? Fallait-il la veille profiter du beau temps pour enchaîner 2 sections, alors même qu'un garde du parc nous le déconseillait fortement ? La pluie noircit le coeur...

Lorsque l'on bascule sur l'autre versant du col (Paso John Gardner), la vue sur l'immense glacier Grey est "espectacular" comme disent les chiliens ! Oubliées les gouttes de pluie et les rafales de vent glacial, seules nous intéressent les éclaircies qui dessinent désormais sur le champ de glace des tâches de lumière. Oubliées également les longues heures de marche qu'il nous reste à parcourir aujourd'hui, nous admirons la vue pendant 2 heures !

La partie sportive du trek se révèlera finalement être la section entre les campamentos Paso et Los Guardas, éprouvante pour les genoux et chevilles. A flan de montagne, le sentier est formé de hautes marches au milieu des arbres, parfois d'échelles pour descendre ou sortir de canyons creusés par les rivières. Ou alors il longe la paroi dangereusement à pic, où les rafales de vent nous entraînent. "Ca vaut bien une descente du Rinjani" se dit-on, trek qui reste pour nous une référence pour évaluer la difficulté d'une randonnée (Cf. article "Rinjani trekking").

Jour 6 : Refugio Grey - Campamento Italiano (18,6km, 4h40)

Refugio Grey - Refugio Paine Grande (Péhoé) : 3h - Campamento Italiano : 1h40 au pas de course. Pluie le matin, éclaircies et vent fort l'après-midi.

On ne sait pas si c'est la pluie du matin ou l'envie d'avaler de délicieux oeufs brouillés au Refugio Grey pour le déjeuner qui nous fait lever le camp si tard. La route d'aujourd'hui, il va falloir la faire au pas de course ! Le long du Lago Grey, nous expérimentons le vent puissant qui s'engouffre et accélère dans les vallées du parc. Tantôt "pousse-fesses", tantôt déstabilisant, tantôt contre nous. Il nous semble parfois devenir marionnettes, le vent nous dictant où poser le pied ou le bâton !

L'arrivée sur le lac Péhoé nous réserve une belle surprise, dévoilant au dernier moment sa couleur d'un extraordinaire bleu turquoise laiteux. Une couleur unique dans la nature, mais la même que sur ma carte postale de Torres del Paine !

Jour 7 : Valle del Frances (16km, 5h40)

Campamento Italiano - Campamento Britanico : 2h25 en traînant des pieds - Mirador, puis suite du sentier vers la base des Torres : 45' - Campamento Italiano : 2h30. Brouillard, vent violent (90km/h), pluie et même neige toute la journée ! 

Première tentative de départ à 9h40 sous nos vestes et ponchos. Nous ne tiendrons pas plus de 10 minutes sous la pluie, au bout desquels nous retournerons nous abriter sous l'unique et bondé abri du campement, dans l'espoir d'une nouvelle fenêtre météo. Deuxième tentative 2 heures plus tard, où nous bénéficions d'une accalmie de courte durée. L'essentiel de la "Valle del Frances", nous la ferons résignés sous la pluie, puis la neige.

Arrivés au mirador, le sentier semble se poursuivre... Il nous attire inévitablement. Qu'est-ce qui nous pousse irrésistiblement vers le haut ? La détermination ou l'obstination d'arriver au bout, mais quel bout ? La curiosité de découvrir se qui se cache derrière le col qui nous paraît si proche ? Quasiment au pied des tours de granit maintenant enneigées, la raison nous fait faire demi-tour. Bien nous en prend car, après une éclaircie passagère, la tempête de neige reprend de plus belle alors que nous redescendons dans la vallée.


Jour 8 : Campamento Italiano - Guarderia Pudeto et Mirador Cuernos (15,6km, 3h20)

Campamento Italiano - Refugio Paine Grande : 2h05 / Catamaran sur le Lago Péhoé : 30' / Guarderia Pudeto - A/R Mirador Cuernos : 1h15. Couvert et pluie légère, vent violent (90km/h), fort refroidissement.

Au réveil, il ne fait pas plus de 6°C à la sortie de la tente. C'est emmitouflés avec tout ce que nous avons de plus chaud (T-shirt manches longues, caleçon long, polaires, veste, gants et bonnet) que nous quittons Torres del Paine dont les sommets émergent de la brume recouverts d'un voile blanc. Le parc semble subir les premiers assauts de l'hiver patagonien.

Décidés à prendre du recul sur les Cuernos (principaux pics du parc) pour mieux les admirer, nous choisissons de retourner vers le Lago Péhoé pour embarquer sur le catamaran, plutôt que de terminer la dernière section du Gran Circuito à pied. Après 8 jours de trek dans tous les temps, plus rien ne nous arrête : nous prolongeons notre randonnée jusqu'aux Salto Grande et Mirador Cuernos, où le vent nous emporte littéralement ! Je suis obligée de me jeter à terre plutôt que risquer d'être emportée par une rafale qui prend appui sur mon sac-à-dos ! Les lacs sont quant à eux couverts de tourbillons d'écume.

Si notre patience dans le vent et le froid ne nous permet d'apercevoir que furtivement les Cuernos, elle sera au moins récompensée d'une belle rencontre avec un troupeau de guanacos (cousins sauvages du lama) que nous approchons de près.

En résumé, cette randonnée aura été une bonne épreuve d'endurance (130km et 41 heures de marche sur 8 jours), un moment privilégié d'émerveillement sur la beauté et la force de la nature, mais aussi une belle aventure humaine. Nous aurons eu la chance de découvrir sur notre chemin des gens sympas comme Keith et Sally, couple de quinquas du Michigan (ils dormaient sous la tente et marchaient aussi vite que nous !), Amandine, Gaëlle et Aline, étudiantes belges, ou les jeunes chiliens Juan-José et Guido.

Toutes les photos de Torres del Paine et Puerto Natales ICI


Infos pour les voyageurs et nos bonnes adresses à Puerto Natales

La ville de Puerto Natales est la véritable base arrière de Torres del Paine. C'est l'endroit idéal pour y préparer la randonnée.

  • L'hostal Kaweskar, rue Blanco Encalada n°754. Grands dortoirs et salles de bien propres pour 8.000$/pers. (environ 25€ pour 2). Cuisine très conviviale où tout le monde s'attable autour d'une grande table. Bon et copieux petit-déjeuner inclus. 2 ordinateurs et connexion Wifi, lecteur DVD avec bon catalogue de films et X-box, pour se sentir à la maison. Règles strictes : pas de chaussures dans les chambres, extinction des feux à minuit ... qui contribuent à maintenir un bon état d'esprit. Location possible de matériel. Omar, le propriétaire de l'hostal, passionné de randonnée, est omniprésent et saura vous donner pleins de bons conseils et infos sur Torres del Paine. Coordonnées : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir. ou +56-61 414553.
  • Les magasins Don Bosco et 40 y 20 frutas secas, pour la nourriture de trek, dans la rue Baquedano. De nombreux magasins proposent également des équipements d'outdoor s'il vous manque quelque chose.
  • L'hostal Erratik Rock, rue Baquedano, loue de nombreux équipements de randonnée (tente, matelas, duvets, réchaud, vêtements chauds/imperméables...). Il est également possible de louer directement tente, matelas et duvets dans les refuges pour éviter de les porter (surtout valable en-dehors des mois de janvier-février où la disponibilité n'est pas assurée, à moins de réserver).
  • Les bus pour Torres del Paine partent de Puerto Natales tous les jours à 7h30 et 14h. Il faut compter 2h30 pour atteindre la parc. Le billet A/R coûte 10.000$ (environ 15€) et le billet retour est open. 3 arrêts possibles en fonction de votre itinéraire : Porteria y guarderia Laguna Amarga (d'où une navette vous dépose à l'hôtel Las Torres pour 1.500$), Guarderia Pudeto (d'où vous pouvez prendre le catamaran Hielos Patagonicos pour le Refugio Paine Grande pour 11.000$, soit environ 17€. 3 rotations par jour : 9h30, 12h et 18h. 30' de trajet) ou Sede Administrativa CONAF au sud du parc (permet d'accéder en 5h de marche au Refugio Paine Grande sans avoir à payer le catamaran).

Pour se remettre de la randonnée et varier le régime alimentaire, voici 2 bonnes adresses de restaurants que nous avons testés :

  • La Picada de Carlitos, rue Blanco Encalada. Bon restaurant traditionnel de viande et de poisson. Nos steaks étaient costauds et délicieux. Environ 5.800$ (9€) le steak et accompagnement.
  • La Mesita Grande, au croisement des rues Arturo Prat et Eberhard. Pizzeria moderne à la carte originale. Tout le monde est attablé sur une même grande table. Environ 5.000$ la pizza.

Et pour finir, voici notre recette personnelle du porridge pour 2 personnes (nous prendrons comme moyens de mesure un quart et une cuillère de camping) :

  • Dans un sachet zippable, mettre 1,5 quart d'avoine, 6 cuillères rases de lait en poudre, 4 cuillères rases de chocolat en poudre, un 1/2 quart de fruits secs (amandes, noix et raisins secs).
  • Faire bouillir 2 quarts d'eau. Ajouter le contenu du sac zippable et mélanger jusqu'à ce que le mélange épaississe.
  • En fin de cuisson, ajouter en fonction des goûts un peu de sucre. Et comme nous sommes très gourmand, nous ajoutons également quelques petits morceaux de chocolat en tablette que nous laissons fondre dans nos quarts : délicieux !!!

Carte repère


Mis à jour (Dimanche, 22 Septembre 2013 18:19)