Warning: session_start() [function.session-start]: Cannot send session cookie - headers already sent by (output started at /home/letempsdh/www/joomla/configuration.php:60) in /home/letempsdh/www/joomla/libraries/joomla/session/session.php on line 423

Warning: session_start() [function.session-start]: Cannot send session cache limiter - headers already sent (output started at /home/letempsdh/www/joomla/configuration.php:60) in /home/letempsdh/www/joomla/libraries/joomla/session/session.php on line 423

Warning: Cannot modify header information - headers already sent by (output started at /home/letempsdh/www/joomla/configuration.php:60) in /home/letempsdh/www/joomla/libraries/joomla/session/session.php on line 426
Wayra, une rencontre extraordinaire !

postheadericon Wayra, une rencontre extraordinaire !

Le 9 avril 2011

Pour ceux qui suivent (cf. Cafayate, le Far West argentin), nous sommes donc officiellement invités par Huayra Condori, notre guide quechua, à la cérémonie de libération d'un condor. Ce condor Wayra, blessé par un tir et soigné pendant un an à Buenos Aires, allait être remis en liberté dans sa région d'origine. Il est le 100ème condor à être ainsi renvoyé à son habitat naturel par les soigneurs argentins. La nouveauté cette fois-ci : la dimension technique des soins et de la remise en liberté est doublée d'une dimension spirituelle, assurée par des "caciques" quechuas, dont la croyance ancestrale vénère le condor. D'après les responsables de l'association, cette dimension spirituelle a paraît-il accéléré la guérison du condor. Un détail amusant pour nous français : cette opération est parrainée par le Puy du Fou !

A 10h du matin, c'est avec nos compagnons d'aventures, Matthias et Marion, que nous suivons donc les indications de Huayra pour rejoindre le lieu de rendez-vous. Les responsables de l'association sont présents ainsi que des membres de communautés quechuas, des élèves d'une école de Quechua de Buenos Aires, quelques argentins de la région et une poignée de touristes. Cela fait du monde et l'on se demande comment nous allons pouvoir tous rejoindre la destination finale de la cérémonie. Finalement tout le monde arrive à prendre place dans les minibus mis à disposition. Nous voilà partis pour une heure de route. Tout était parfait jusqu'à ce que la route croise le lit d'une rivière qui s'est rempli la veille... En quelques minutes, les bulldozers débarquent et tentent de créer un pont de terre pour faire passer les véhicules. Une débauche d'énergie et une dégradation de la nature - plutôt contraire à l'esprit de la journée - dont on se serait bien passé. Mais les élections pour le gouverneur de Salta ont lieu le lendemain et il faut bien montrer que l'on est présent... Malgré ce remue-ménage, seules quelques jeeps arriveront à passer. Avec notre bus, nous ferons un énorme détour mais arriverons finalement à destination 4h plus tard ! Pendant ce temps, le condor attend toujours dans sa cage. 

Sur le ciel azur, flottent les bannières quechuas multicolores. Nous, avec nos sacs à dos siglés "Quechua" (merci Décathlon !), on ne fait pas les malins ! La cérémonie est présidée par Huayra, chef de la communauté locale. Suivent des représentants de communautés de Buenos Aires et de Bolivie. Étrangement, alors que Huayra est vêtu à l'occidentale, les autres représentants arborent leurs plus belles tenues traditionnelles ! En revanche, dans leurs bouches, les mêmes prières adressées à la Pachamama, la Terre Mère.

Après une heure d'incantations, vient le moment de libérer le condor. Sa cage est transportée jusqu'au bord de la falaise, puis ouverte. Sous nos yeux ahuris, un imposant volatile en sort ! Il avance lentement vers le bord de la parois, déploie ses ailes immenses. A quelques mètres, nous réalisons mieux qu'un condor mesure en moyenne plus de 3 mètres d'envergure ! Il sent le vent s'engouffrer sous ses ailes, se tourne vers la foule, la fixe de son regard perçant... Chacun retient son souffle pendant ces longues minutes. Tout à coup, surgissent de nulle part 2 condors qui nous survolent puis se posent sur un rocher en face. Le soigneur nous apprend que les condors ne se posent habituellement jamais en milieu de journée ; ils sont là pour encourager notre condor à prendre son envol ! Mais comment ont-ils senti à des kilomètres que l'un des leurs allaient les rejoindre ? Le condor Wayra se décide enfin à prendre son envol dans une ascendance. Les quechuas célèbrent son décollage au son des cornes. Nous en avons la chair de poule !


Nous avions promis à Huayra les photos de la journée. Nous le retrouvons donc le soir dans une peña (restaurant avec musique folklorique) où il a troqué son rôle de guide et de chef pour celui de musicien et chanteur. Ce soir, nous serons quasiment son seul public. Accompagné de sa guitare, il nous adresse un message à la fois universel et personnel. Nous vous laissons l'écouter et regarder quelques images de cette journée extra-ordinaire :

 

Toutes les photos de la libération du condor Wayra ICI


La presse en parle !





Mis à jour (Samedi, 15 Septembre 2012 17:13)