postheadericon El Choro / Coroico : de l'altiplano à la forêt tropicale

Du 15 au 20 mai 2011

Pour changer des montagnes, nous décidons cette fois-ci de quitter l'altiplano en direction de la forêt tropicale. Nos sacs à dos sont prêts pour une nouvelle randonnée de 3 jours connue sous le nom de El Choro Trek, qui nous fait passer de 4900m à 1500m d'altitude !

A flanc de montagne...Le minibus de La Paz à Coroico nous dépose au milieu de nulle part, au lieu-dit de La Cumbre ("le sommet"), point le plus haut entre les deux villes. Encore un petit effort en montée dans le désert de l'altiplano pour atteindre un cairn géant (amas artificiel de pierre) indiquant le début du trek. Face à nous un énorme nuage blanc... A droite rien... Nous empruntons le sentier de gauche. Très vite nous nous retrouvons à flanc de montagne dans la rocaille qui s'effrite et la neige. Avec notre côté aventureux, nous ne voyons pas vraiment le problème et continuons à suivre les traces dans la neige... Jusqu'à ce que nous réalisions que le sentier est bien trop dangereux pour un trek supposé très fréquenté. Demi-tour et retour au point de départ : presque 2 heures de perdues. En fait, le sentier inloupable se trouvait pile en face de nous mais masqué par la brume ! Première fois que nous faisons une erreur d'orientation aussi grossière. Il faut dire, à notre décharge, que notre carte est très peu précise.

La brume, le cimetière, ambiance fantasmagorique !Le sentier emprunte un des nombreux chemins incas des Andes. Nous sommes impressionnés par la qualité et la longévité de ces voies, qui démontrent une fois de plus la grandeur de cette civilisation ! Au fur et à mesure que le sentier s'enfonce dans la vallée, la brume se fait de plus en plus épaisse et humide, jusqu'à se transformer en crachin. Dans un décor fantasmagorique, nous voyons apparaître ici et là des lamas ou moutons. La lumière a disparu depuis longtemps, éclipsée par le chagrin du temps. Nous plantons la tente à l'aveugle à l'écart du sentier. À l'aube, le soleil s'invite par l'ouverture de la tente laissant apparaître une vallée verdoyante et encaissée. Magnifique !

Surprise de l'aube...Les pavés incas millénaires, humidifiés par la brume du soir, la rosée du matin et les multiples petits cours d'eau, offrent un terrain particulièrement glissant. Heureusement le sac à dos bien rembourré fait office d'amortisseur de choc ! Nous longeons toute la journée la rivière, tantôt à sa hauteur, tantôt avec un surplomb de 1000m ! A mesure que nous descendons dans la forêt tropicale, le sentier se rétrécit peu à peu. De 2 mètres de large, il devient à peine assez large parfois pour nous laisser passer.

Sur notre carte, des points laissaient présager des villages. Nous constatons qu'il ne s'agit en fait que d'une à trois maisons bâties sur le sentier qui s'élargit juste de quelques mètres ! Des familles vivent ici à plus d'une journée de marche de la première route ! Sur les flanc de la montagne, quelques épis de maïs sont cultivés sur un terrain tellement pentus que l'on se demande comment il est possible de les récolter !

Vue chez l'ermite japonnaisLe dénivelé total laissait supposer que ce trek n'est que de la descente. Il n'en est rien ! Nous avons droit à quelques belles montées dont la Cuesta del Diablo ("la côte du diable") dont le nom donne une idée de la pénibilité ! Pour compenser ces efforts, les innombrables fleurs violettes qui bordent le sentier nous font une haie d'honneur et les perruches nous encouragent de leurs cris. A Sandillani, nous ne manquons pas de visiter le jardin tropical de l'ermite japonais installé là depuis 1950, nous raconte-t-il. Celui-ci n'est plus très entretenu vu l'âge du vieux monsieur, mais il reste que la vue est sans doute l'une des plus belle du sentier !

A Chairo, nous partageons un taxi avec quelques marcheurs rencontrés en chemin, en direction de Coroico où nous entendons bien profiter de quelques jours de repos. Rare luxe de notre séjour bolivien, nous nous offrons une cabaña charmante au milieu de la forêt. Hormis profiter de la terrasse ensoleillée avec hamac et transat, je m'essaie à la cuisine bolivienne, plus particulièrement à leur inévitable et délicieuse soupe. Notre guide de haute-montagne Hilarion avait bien voulu me donner leur secret de fabrication : émincer finement plein de légumes différents (carottes, pommes de terre, brocolis, fèves, céleri, persil...), les faire revenir à la poêle, puis les plonger dans un bouillon de viande ou de poule, épicer. Régalez-vous, c'est cadeau !

Toutes les photos d'El Choro et Coroico ICI


Infos pour les voyageurs

Alors que toutes les agences de La Paz offre les services d'un guide pour faire ce trek, nous vous confirmons qu'il est facile de le réaliser sans guide : une fois le point de départ trouvé, le sentier est tout droit !

Pour démarrer le trek
  • Rendez-vous à La Paz dans le quartier de Villa Fatima. 1,50B. en micro.
  • A Villa Fatima, il y a un carrefour avec un station service. 2 routes en partent. Sur celle de droite, vous trouverez les compagnies de bus en direction de Coroico.
  • Il existe 2 types de transport : le minibus à 15B. ou le minivan, un peu plus confort et plus rapide, à 25B. Ces prix correspondent au trajet jusqu'à Coroico alors que vous ne ferez que le quart du trajet, mais les compagnies ne veulent pas baisser leurs tarifs. Vous pourrez obtenir votre ticket à 13B. pas tellement moins.
  • Prenez votre ticket auprès du bus le plus rempli. Les compagnies vous présentent une feuille avec l'état de remplissage du bus. Le bus ne part que lorsqu'il est plein.
  • Descendez au lieu-dit La Cumbre, à environ 1H de route depuis La Paz. Il est facilement repérable car dominé par une statue du Christ. Traversez la route jusqu'à un chalet où vous devez vous enregistrer. Si vous tombez bien, le garde vous indiquera le sentier à suivre pour atteindre le cairn, qui indique le début du sentier. Sinon, suivez le sentier le plus marqué et ayez en tête que le cairn se trouve sur un point élevé.
  • Arrivés au cairn d'Apacheta, après environ 1H de marche, prenez le sentier qui s'enfonce dans la vallée face à vous.
Sur le trek
  • Au village de Chucura, il faut s'acquitter d'un droit de passage de 10B. dédié à l'entretien du sentier.
  • Il est possible de faire ce trek en 3 jours, mais comme le soleil se couche tôt et qu'il y a quand même 17h-18h de marche, en plus temps consacré à l'accès à La Cumbre et au retour, il vaut mieux se lever tôt et ne pas trop traîner !
  • Pour la 1ère nuit, il est possible de camper sur les emplacements gratuits un peu après la sortie du village de Chucura (vous apercevrez à droite du sentier des terrains plats accueillants et de traces de foyers) ou à Challapampa, en bord de rivière, pour 10B. par personne.
  • Pour la 2ème nuit, vous trouverez des sites de camping à San Francisco (vous serez probablement accueilli par la bavarde et rigolote Melania, 5 ans) ou Bella Vista. 10B. par personne. Un peu plus loin se trouve l'éco-refuge de Sandilani, plus cher forcément.
  • Vous trouverez assez régulièrement de l'eau (torrents se jetant dans la rivière principale). Pensez à remplir vos bouteilles à El Choro : de bonnes côtes suivent !
A la fin du trek
  • Le trek se termine à Chairo. Essayer d'y arriver tôt, à la mi-journée, pour avoir le temps d'organiser votre retour sur La Paz ou Coroico.
  • Depuis Chairo, le taxi pour Coroico vaut environ 160B. Il est possible de le partager avec d'autres randonneurs.
  • Si vous avez le courage, marchez jusqu'à Pacallo où, paraît-il, il est possible de trouver des minibus aux horaires irréguliers pour Coroico à 7B./p. Sinon, vous pouvez marcher jusqu'à la route principale à près de 12km où vous pourrez faire du stop !


Nos bonnes adresses à Coroico

L'Ecolodge Sol y Luna propose des cabañas et appartements au calme dans la verdure. Chacun est unique. Par exemple, notre cabaña "Bamboos" possédait une chambre avec table, une salle de bain, une cuisine extérieure et une terrasse avec fauteuils, transat et hamac, pour 260B. la nuit (une fortune en Bolivie mais seulement 25€). Il y a également un restaurant, 2 piscines, une connexion wifi et un beau jardin à explorer. Cependant la tranquillité a un prix puisque l'hôtel se situe à 25 minutes à pied du centre de Coroico !

Mis à jour (Dimanche, 22 Septembre 2013 18:35)