postheadericon Lac Titicaca : une frontière imperméable !

Du 25 au 31 mai 2011

A peine sortis de l'Ambassade de France, où nous venons de récupérer notre nouvelle carte bleue, nous filons au terminal prendre le bus pour Copacabana, au bord du lac Titicaca. Arrivés de nuit, nous embarquons dès le lendemain matin 8h sur un petit bateau pour l'Isla del Sol. L'Isla del Sol est le véritable centre de la mythologie inca. La légende raconte que Manco Cápac et Mama Ocllo, enfants du dieu soleil Inti, frère et sœur et mariés l'un à l'autre, seraient nés sur cette île, de l'écume du lac Titicaca, avec la mission de fonder la capitale du futur empire dans un lieu fertile, à l'endroit où s'enfoncerait la crosse sacrée de Manco Cápac. Cela se produisit là où se situe aujourd'hui Cuzco, qui signifie "nombril du monde" en langue quechua.

Jours tranquilles sur l'Isla del Sol...

Encore une fois, nous avons la bonne surprise de retrouver des têtes connues à bord : Julien et Aurélie, un couple de français rencontré à La Paz. Sympa car nous n'avions pas eu le temps de faire longuement connaissance avant.

Nous sommes immédiatement conquis par les lieux. Le lac immense, au bleu intense, est étrangement calme. Seules surgissent de l'eau quelques îles assez pelées, agrémentées de quelques arbres et cultures. Au loin à l'est, la Cordillera Real (Cordillère royale) domine le lac de ses sommets enneigés dont l'Illampu (6421m). Le beau temps semble également ici faire parti du décor. Un ensemble enchanteur qui nous fait un peu penser à la Mer Méditerranée et aux îles Grecques. La seule différence : nous sommes à 3700m d'altitude et il ne doit pas faire plus de 15 degrés !

Le vent frais trompeur nous fait oublier la puissance du soleil à cette altitude et de mettre de la crème... Résultat : dès le premier jour, énorme coup de soleil sur le visage, surtout sur un côté, avec la bonne marque des lunettes : on pourrait croire que je reviens du ski ! Pendant quelques jours, j'ai droit au magnifique surnom de "demi-face de chouette" !

Nous prévoyons de rester 2 nuits sur l'Isla del Sol pour prendre le temps de la parcourir dans toute sa longueur et de profiter des charmes de l'île. Le nord, plus sauvage, nous plait davantage. S'y trouvent les ruines incas les plus photogéniques de l'île, comme la table de sacrifice ou le labyrinthe de Chincana. Le petit village de Challapampa est également bien moins touristique que celui de Yumani au sud. En revanche, l'avantage de Yumani est que l'on peut bénéficier, de la crête, d'une double vue, à la fois sur le coucher de soleil et sur la Cordillera Real.

C'est l'époque de la moisson. Le long des chemins bordés de blé, d'orge, de quinoa et autres, nous croisons hommes et ânes lourdement chargés. Ici la récolte de fait à l'ancienne avec un simple faucille. Au large de l'île s'activent les pêcheurs à la truite dans leur jolies barques à rames en bois. L'île résonne également des cris joyeux de femmes et des enfants réunis dans les cours d'école en ce jour de la fête des mères. Une fête bien plus importante et moins commerciale en Bolivie que chez nous. Ici c'est un jour férié et sans doute le seul où les restaurants ferment, privés de leurs cuisinières ! Nous réussirons tout de même à trouver un restaurant ouvert pour nous servir une truite à la plancha, repas quotidien sur le lac Titicaca.

Toutes les photos de l'Isla del Sol et de Copacabana ICI

... avant la galère du passage de la frontière

Après ces quelques jours où le temps semble suspendu, nous retrouvons Copacabana et les ennuis liés au passage de la frontière péruvienne. Depuis maintenant 3 semaines, les paysans péruviens manifestent violemment contre l'installation d'entreprises minières étrangères sur leur sol. Il faut dire que le sujet est compliqué. Les immenses ressources minières sont la première source de revenu du pays et le gouvernement ne peut se passer de cette manne financière. D'autre part, les pauvres paysans tirent peu d'avantages de l'installation de ces entreprises étrangères, mais en récoltent les inconvénients comme la pollution des rivières nuisibles aux plantations et au bétail. Ces derniers veulent obtenir l'interdiction définitive de l'installation de mines et la création d'une zone protégée pour y développer des projets agricoles et touristiques. Cf. article de presse.

A une semaine des élections présidentielles, les négociations n'en finissent plus. A Copacabana, nous entendons toutes sortes de rumeurs sur la poursuite du mouvement et la réouverture possible de la frontière, mais personne ne dispose vraiment d'informations fiables. Depuis des semaines, les touristes doivent trouver d'autres solutions pour passer de la Bolivie au Pérou : contourner le lac par le nord où il n'y a pas de transport public entre les 2 pays sur une trentaine de kilomètres, payer une traversée du lac en bateau (9h) à prix d'or, ou repasser par le Chili ! Nous attendons quelques jours de voir comment les choses se présentent. Par les journaux, nous apprenons que les bâtiments des douanes de Puno et Desagadero ont été saccagés et brulés, pas bon pour nous !

Un premier accord provisoire est tout de même signé, nous donnant un peu d'espoir. Les compagnies de bus nous vendent des tickets pour Cuzco pour le lendemain. A une heure du départ, nous apprenons finalement que le bus ne part pas. Chez le voisin, un départ est prévu dans la demi-heure. Nous achetons de nouveaux billets. Pas de bus direct. A la frontière, nous montons dans un minibus, seul capable de serpenter entre les tas de pierres qui jonchent la route jusqu'à Puno. Arrivés là-bas de nuit, pas de bus pour Cuzco : il n'a pas réussi à rentrer dans la ville à cause des événements. Nous sommes embarqués dans un hôtel en attendant une nouvelle tentative dans 24h !

Pour nous occuper, nous acceptons un tour d'une demi-journée dans les îles flottantes d'Uros. On nous avait bien prévenu, qu'avec les agences, c'était "Disneyland" et nous aurions préféré y séjourner seuls chez l'habitant si nous avions eu plus de temps. Nous n'avons pas été déçu du voyage, tout y était : des villages vitrines sur-fréquentés par les agences où l'on n'est même plus surs que les gens vivent encore dessus, un tour en bateau de totora de 3 minutes avec pourboire obligatoire de 10S. (2€), les femmes qui nous disent au revoir en chantant et dansant sur des airs qui n'ont rien de local (certains ont eu droit à "Vamos a la playa" pour vous dire) ! Bref, comme vous pourrez le voir, on en a juste tiré quelques belles photos, mais ce n'était pas du tout notre truc.

Nous n'étions surs de rien jusqu'au dernier moment. Dans la rue, les manifestants continuent à scander "El pueblo unido jamas sera vincido" (Le peuple uni jamais ne sera vaincu, en français). Le long du défilé, les magasins descendent les stores, inquiets des derniers dérapages. Heureusement notre bus est quand même arrivé avec 24h de retard. Nous pouvons enfin poursuivre notre route vers Cuzco, la capitale de l'ancien empire inca.

Toutes les photos des îles flottantes d'Uros ICI


Nos bonnes adresses sur le lac Titicaca (côté bolivien)

  • L'hostal Emperador à Copacabana, situé dans la rue derrière la cathédrale. A priori, l'adresse la moins chère de la ville mais tout à fait correcte. 50B. la chambre double avec salle de bain et TV. Il y a également une grande terrasse ensoleillée sur le toit.
  • La rue 6 de Octubre regorge de restaurants servant des menus basiques ou truites entières pour 12 à 15B. Si vous voulez une excellente truite, allez plutôt au restaurant Alax Pacha dans la même rue où la truite est à 35B. mais plus grande, meilleure et mieux présentée. Il s'agit également d'un des rares restaurants avec Wifi mais il ne marche pas tout le temps.
  • Prenez vos tickets pour l'Isla del Sol directement sur l'embarcadère, en bas de la rue 6 de Octubre (près de la grosse ancre). Les billets sont moins élevés que ceux vendus par les hôtels qui se prennent 5B. de commission. 10B. l'aller pour Yumani ou Challapampa (2h30-3h de trajet). Le retour est à prendre directement sur l'île à 20B.
  • L'hostal Roca Sagrada, sur la plage de Challapampa. En cours de construction au moment de notre passage. La chambre avec salle de bain était propre et bénéficiait d'un matelas neuf confortable, négociée à 60B. pour deux (env. 5,80€).
  • L'hostal Inti Kala à Yumani, sur la crête, sachant qu'il n'y a pas d'hostel bon marché à Yumani. 140B. la chambre double avec salle de bain et un bon petit-déjeuner (env. 13,60€). L'hôtel dispose d'une très belle vue au sud. Pour avoir un beau point de vue sur le coucher de soleil et les montagnes, montez sur la petite colline à la sortie du village (5-10').
  • Il est également possible de camper sur l'Isla del Sol (terrains de camping ou camping sauvage en dehors des villages).

Bon à savoir : il y a plusieurs "péages" sur l'île (un pour accéder au nord de l'île, un au milieu et un à l'entrée de Yumani). Ca ne sert à rien d'en faire toute une histoire (nous avons vu un français et deux argentines se clasher avec un gardien), le total des 3 droits de passage n'est que de 20B. par personne (moins de 2€). A relativiser par rapport au prix d'entrée dans les parcs nationaux argentins de AR$100 (20€) ! La seule chose pour éviter de repayer plusieurs fois : ne pas faire d'aller/retour sur l'île. Prévoir de débarquer au nord ou au sud et repartir de l'autre port.




Mis à jour (Dimanche, 22 Septembre 2013 18:36)