postheadericon Machu Picchu, l'expedition low cost

Les 4 et 5 juin 2011

Inutile de vous présenter la fameuse cité perdue inca du Machu Picchu. Premier site touristique d'Amérique latine, vous y avez peut-être déjà été ou au moins en avez sûrement vu des photos ! S'il fait rêver beaucoup de monde, ce site a été pour nous source de débats : trop de touristes, très cher, difficile d'accès... Sachant qu'il y a plein d'autres belles ruines incas dans la Vallée Sacrée, faut-il vraiment aller au Machu Picchu ? Bon, au cas où, nous ne voulions pas passer à côté d'une merveille. Nous voilà donc partis pour le Machu Picchu, en mode économique !

L'expédition démarre à Ollantaytambo, à 2h de bus de Cuzco. De là, plusieurs possibilités pour accéder au Machu Picchu :

  • A pied avec guide obligatoire par le Chemin de l'Inca. 4 jours à plus de 400 US$ (près de 300€) !
  • En train direct jusqu'à Aguas Calientes (= Machu Picchu city). 2h de trajet entre 35 et 110 US$ l'aller (entre 25 et 80€).
  • En mode tout terrain (bus, vélo, rafting, marche) avec un tour. 3 jours à près de 180 US$ (soit 130€).
  • En transport public via Santa Maria, Santa Teresa et Hydroelectrica, puis marche sur la voie de chemin de fer jusqu'à Aguas Calientes. 7h (4h30 de route + 2h de marche) pour seulement 35 soles (env. 10€) !

Nous choisissons la dernière option ! Cela dit, au lieu d'enchaîner 3 bus et taxis, nous tombons sur Fernando qui nous propose de nous emmener directement à Hydroelectrica pour 40S. La route large et récemment asphaltée démarre bien, mais à peine a-t-on passé Santa Maria qu'elle se transforme en piste qui surplombe de plusieurs centaines de mètres le cours de l'Urubamba. Cette route où l'on peut difficilement se croiser nous donne quelques frayeurs !

Arrivés à Hydroelectrica : contrôle. Le garde nous informe qu'il n'est pas possible d'entrer seuls dans le parc sans guide. Depuis quand ? 3 jours ! Le 1er juin, une nouvelle réglementation est entrée en vigueur dont nous ne connaissions pas l'existence. Le garde nous fait bien mariner et, face à nos supplications, nous laisse finalement passer. Ouf ! Nous avons dû lui promettre d'informer nos amis de ne plus passer par là. Cet événement fini de nous agacer quant à l'exploitation touristique du site. En gros, tous les moyens sont bons pour nous taxer au maximum !

Le long de la rivière et au milieu des montagnes, nous longeons les rails pendant 2 heures pour atteindre Aguas Calientes. Le décor est déjà impressionnant mais le temps est au jour blanc, ce qu'il y a de pire pour les photos... Nous sommes d'avance dépités pour le lendemain.

Le départ dans la nuit pour le Machu Picchu est une course contre la montre et les autres touristes. Objectif : Arriver à l'entrée du site dans les 400 premiers pour obtenir un pass pour escalader le Wayna Picchu - pic qui domine les ruines -, et si possible dans les 200 premiers pour y monter à 10h lorsque la brume est bien levée plutôt qu'à 7h ! On dit ça mais on n'est même pas sûrs que ça vaille le coup... On se met juste la pression car nos amis et les voyageurs croisés ont tous fait la même chose ! Pour avoir une chance d'arriver là-haut dans les premiers, il y a 2 possibilités apprend-t-on :

  • Quitter à pied Aguas Calientes à 4h30 (ne pas oublier sa lampe frontale) et se diriger vers le pont où une barrière ouvre vers 5h. A partir de là un long et pentu escalier inca mène jusqu'au Machu Picchu en 30 minutes environ.
  • Partir dans le premier bus qui monte au Machu Picchu et pour cela faire la queue devant la billetterie dès 3h45 !

Alors bien sûr en fonction de l'affluence touristique, la pression est plus ou moins forte ! En ce qui nous concerne, pas question de s'offrir le bus, nous montons à pied. Départ 4h30, arrivée au pont à 4h45 où la barrière viens d'ouvrir avec un peu d'avance. Devant nous il y a déjà une bonne file d'attente, 150 personnes environ. On attend notre tour pour montrer notre ticket d'entrée. Puis la "course" démarre ! Stan a l'impression d'être au départ d'un triathlon où tout le monde se bouscule pour entrer dans l'eau en premier. Ici il s'agit de profiter des quelques espaces des premières centaines de mètres pour griller quelques personnes car ensuite le sentier est tellement étroit que l'on se suit sagement. Globalement le rythme est soutenu, les plus rapides ont rejoint les premiers rangs, au fur et à mesure de la montée certains décrochent s'accordant une petite pause. Grâce à notre entraînement en altitude ces dernières semaines, nous grimpons d'une traite et arrivons à l'aise dans les 70 premiers !

Encore un peu d'attente, puis nous entrons dans le sanctuaire avec notre tampon pour 10h. Il est 6h : A cette heure matinale, nous profitons que le site est encore vide pour dire bonjour aux lamas et trouver le meilleur spot pour assister au lever de soleil. Contrairement à notre crainte de la veille, le temps est magnifique ! Même pas de brume dont émergent généralement les ruines (j'aurais pourtant bien aimé pour les photos !), la lumière dorée du matin sublime bientôt tout le promontoire. Le site est bien sûr superbement rénové, mais ce qui nous impressionne surtout c'est la géographie des lieux : des pics aux faces abruptes plongeant vers la rivière encaissée ! On se demande comment des murs ont pu être élevés aussi haut et en bord de précipices !

Pour en apprendre un peu plus sur le Machu Picchu, nous nous contentons d'écouter les guides des autres groupes. Parfois le guide parle même français, c'est parfait ! Nous apprenons ainsi que les incas utilisaient probablement un système de différents noeuds, colorés et plus ou moins espacés sur des cordelettes comme moyen de communication "écrite". Il manque malheureusement une "Pierre de Rosette" aux archéologues pour les déchiffrer !

Peu après 10h, nous prenons le chemin du Wayna Picchu. Finalement la partie sportive et vertigineuse de la visite se situe là. Dans l'ascension d'un peu plus de 35 minutes, nous retrouvons une française livide, tétanisée par le vertige. C'est vrai que les marches ne sont pas bien larges,  âmes sensibles s'abstenir ! Pourtant rien de très difficile et la vue est incroyable sur le site et les montagnes environnantes. C'est ce que nous avons préféré ! Donc nous confirmons, cela vaut le coup de se lever de bonne heure !

Avant de redescendre à pieds vers Aguas Calientes, nous profitons que le site s'est presque vidé pour faire bronzette sur les terrasses ensoleillées. En revanche, nous manquons d'énergie pour repartir à pieds via la voie de chemin de fer... C'est finalement par le train que nous rentrerons à la nuit tombée jusqu'à Ollantaytambo !

Toutes les photos du Machu Picchu ICI


Infos pour les voyageurs

Bien que la visite du Machu Picchu ne soit pas notre meilleur souvenir de voyage - l'afflux touristique, le stress d'arriver dans les premiers, ne correspondent pas à notre état d'esprit de voyageurs au long cours -, le détour vaut quand même largement le coup ! En revanche, c'est un budget à prévoir ! C'est d'ailleurs le seul endroit du Pérou où tout est facturé en US dollars !

  • Un site de référence pour préparer vos excursions au Pérou et plus particulièrement au Machu Picchu : Andean Travel Web.
  • Pour les tours, vous trouverez de nombreuses agences à Cuzco. En ce qui concerne l'Inca trail, il paraît qu'il vaut mieux réserver bien à l'avance à la haute saison (mi-juin à fin août)... A voir.
  • Pour le train, mieux vaut réserver son billet au moins 24h avant, ne serait-ce que pour bénéficier des tarifs les plus bas. Il existe aujourd'hui au moins 3 agences, dont 2 situées sur la place centrale de Cuzco : PeruRail (la moins chère) et IncaRail.
  • Si vous montez à pied au Machu Picchu pensez à acheter votre ticket d'entrée la veille à Aguas Calientes (Tarif : 126 soles, soit plus de 25€). Il vous sera demandé en bas de la montée avant de passer le pont. Ça arrive régulièrement que certains doivent faire demi-tour pour acheter leur ticket, perdant ainsi une bonne demi-heure !
  • A Aguas Calientes, le prix d'une chambre fluctue énormément en fonction de l'afflux touristique. A la saison basse, n'hésitez pas à négocier les prix. Pour info, nous avons dormi à l'hostal El Tambo pour 30S. pour deux (env. 6€) au lieu de 50S. à la saison haute.
  • Il en est de même pour le prix des menus au resto. Beaucoup vous proposerons également un apéro gratis. En revanche, demandez toujours si le prix est entendu taxe comprise ! Certains restos n'hésiterons pas sinon à vous présenter une addition salée avec une taxe farfelue qui représente un quart de la note !


Mis à jour (Dimanche, 23 Octobre 2011 14:30)